Pauline Clochec Militante feministe, lesbienne, trans, docteure en philosophie et ATER a l’ENS de Lyon

Pauline Clochec Militante feministe, lesbienne, trans, docteure en philosophie et ATER a l’ENS de Lyon

DU CISSEXISME COMME SYSTEME

Ce billet est issu d’une communication donnee au cadre de l’atelier « Reflexions via le cissexisme et Notre transphobie», organise a l’ENS de Lyon via les associations feministes et LGBTI « Les salopettes » et « ArcENSiel », le 15 fevrier 2018. Il s’adresse d’abord prioritairement a toutes les individus trans, dans la mesure ou l’identification et la connaissance critique de ce qu’est Notre transphobie me semblent indispensables a deux egards : psychologique et politique. Psychologiquement, la connaissance des mecanismes souvent insidieux d’la transphobie offre la possibilite de ne point interioriser ceux-ci, et donc de se vivre tel etant reellement, pleinement et legitimement de notre sexe. Politiquement, une telle connaissance peut nous aider a connaitre qui sont les ennemis, qui seront les vrai.e.s ou des faux/sses allie.e.s, quelles doivent etre les cibles de les luttes. Les luttes trans seront Indeniablement traversees de contradictions et de polemiques induisant l’adoption de conduites et tactiques divergentes vis-a-vis de nos interlocuteurs/trices et adversaires, ainsi, dont je vais donner trois exemples. Premier modi?le : faut-il collaborer avec la SoFECT[1], tel claque principalement, a Lyon, l’association le Jardin des T, ou s’opposer a celle-ci, comme le font – a notre sens a juste-titre – la majorite des associations trans, comme Chrysalide, forcement pour rester dans le terrain lyonnais ? Second modi?le : nous faut-il revendiquer juste une simplification des demarches de changement d’etat civil, donc en restant au cadre une legislation francaise via l’etat civil, comme l’a fait l’association ACTHE[2], ou au contraire revendiquer une dejudiciarisation complete du changement d’etat civil rompant avec le principe d’indisponibilite de l’etat civil, comme continue a le Realiser l’ANT[3], parmi d’autres associations. Read more